Rosalba Carriera

Rosalba Carriera

Mon goût pour l’art de Rosalba Carriera (1675-1757), miniaturiste et surtout pastelliste exceptionnelle, s’est toujours doublé d’une admiration sans bornes pour cette femme issue de la moyenne bourgeoisie de Chioggia, à qui ses parents donnèrent une éducation éclairée : Rosalba apprit le dessin, le latin, le français ; par la suite elle devait également maîtriser l’anglais et, sans doute, savoir se faire comprendre en allemand.

Belle-sœur du peintre Giovanni Pellegrini, elle fut remarquée par le financier et collectionneur français Pierre Crozat, reçue à l’Académie française de peinture. Elle fit le portrait de Louis XV enfant et fut bientôt conviée auprès de plusieurs souverains et appelée « Prima pittrice de l’Europa » (première femme peintre de l’Europe). Rosalba connut une notoriété extraordinaire et justifiée, au point de devenir la plus célèbre Vénitienne de son temps, ce qui ne l’empêcha pas, tout en étant consciente de sa valeur, de demeurer modeste au point de conserver pendant toute sa vie les mêmes tarifs pour ses portraits au pastel. L’oubli dans lequel elle est tombée m’a décidé à la faire intervenir dans mes romans, où toutes les intrigues se dénouent dans son atelier de la Ca’ Biondetti, sur le Grand Canal.